Réunion d’information de la DRH. 21 septembre 2006


Cette réunion d’information était organisée à l’initiative de la DRH. Comme à son habitude, notre administration n’a pas boudé son plaisir, proclamant à l’envi son "exemplarité" sur la plupart des sujets abordés.

1] Réforme des épreuves aux concours de recrutement des secrétaires des Affaires étrangères (cadre général et Orient).

Le Conseil d’Etat ayant lié la fusion des deux concours à la fusion des deux corps, l’administration a retiré son projet de décret en optant pour une modification des épreuves par arrêté. Si certaines des nouveautés prévues ne prêtent pas à contestation d’autres en revanche ont éveillé l’inquiétude de la CGT-MAE. En effet, la "rationalisation" des épreuves du concours SAE-Orient (introduction d’une composition obligatoire portant sur les problèmes économiques internationaux ou sur les questions européennes, rééquilibrage des coefficients au détriment de la langue orientale) aura pour résultat une uniformisation sociale accrue d’un recrutement déjà élitiste en écartant définitivement les éventuels candidats atypiques (bon élève de l’Inalco n’étant pas passé par les fourches caudines de Sciences-Po, par exemple).


2] Recrutement au titre du PACTE.

Rappelant son opposition de principe au PACTE (Parcours d’accès aux carrières de la Fonction publique), ersatz de CPE à l’usage de la Fonction publique, la CGT-MAE s’est néanmoins enquis des modalités de sélection et d’exercice des premiers agents recrutés à ce titre.
250 candidatures avaient été retenues pour 8 postes à pourvoir (4 CAD, 2 reprographistes, 2 magasiniers de bibliothèque). La DRH, nous a affirmé que ces embauches, finalisées le 22 septembre, respectaient la pluralité des origines sociales. Il faut en effet rappeler que ce dispositif, qui doit permettre, à terme, à des jeunes non-diplômés d’intégrer sans concours la catégorie C des trois fonctions publiques, constituait une des annonces du gouvernement censées répondre à l’explosion sociale qui a embrasé les banlieues l’automne dernier.
Les agents ainsi recrutés devraient, à l’issue d’une année de stage en alternance sous l’égide d’un tuteur, être titularisés dans le corps des agents administratifs de chancellerie.
Il convient de souligner qu’à cette occasion, le MAE s’est astreint à la décence, en s’engageant à rémunérer ces agents au SMIC (la loi, quant à elle, prévoit en effet une rémunération comprise entre 55 % et 70 % du minimum de traitement de la fonction publique !).
Selon l’administration, "cette voie de recrutement a vocation à se développer au niveau du premier grade des futurs corps unifiés de la catégorie C". Par conséquent, la CGT-MAE veillera à ce que lesdits contrats PACTE ne se transforment pas en emplois "biodégradables", jetables à l’issue de l’année de stage, garantissant de la sorte la fraîcheur du "vivier de compétences" si cher à notre DRH.
Dans cette optique, il serait bon que la titularisation de ces agents ne déroge pas au passage par les CAP.

3] Plan triennal sur l’emploi et l’insertion des travailleurs handicapés dans la fonction publique.

L’administration a déclaré avoir devancé les objectifs du plan triennal puisque le MAE satisfait déjà à l’obligation de recrutement annuel de 6% de travailleurs handicapés. Le but affiché est donc de dépasser ce seuil en portant les recrutements directs à 11,5% en 2006, 10% en 2007 et 9% en 2008.
La CGT-MAE ne peut que souscrire à des mesures visant une meilleure insertion des personnes handicapées.